Non-proliferation of Missiles: an Alternative Approach

Fondation pour la Recherche Stratégique

Recherche et documents n°02/2011

With a view to liberalizing access to missile technologies, the MTCR would therefore remain a central instrument, since it would continue to regulate sensitive exports. Admittedly, its final binding effects could, in the short term, be further attenuated, turning the regime into a forum for harmonization. However, the strengthening of incentives to join (liberalization of access to technologies) and the still reduced format of the regime, could make it possible to tighten considerably the conditions of access, to trigger a dynamic of compulsory strengthening of export regimes. national regulations and encourage the establishment of more stringent or new inspection regimes (vector load inspections). Thus, the looming anarchic proliferation could be replaced by a structured dissemination beneficial to a majority of States subject to real security constraints and in no way wishing to proliferate.

FEBRUARY 2020 

Stéphane Delory

INTRODUCTION

“Le régime a contribué à conduire certains États à abandonner leurs programmes (Brésil, Argentine), permis d’exercer des contraintes réelles sur les exportations des États membres vers des proliférants, voire dans le cas de la Chine, fourni le cadre permettant d’influer sur leur politique d’exportation.”

Les limitations portant sur la diffusion des technologies missiles sont-elles encore pertinentes ? Depuis l’adoption du Régime de Contrôle sur la Technologie des Missiles (Missile Technology Control Regime – MTCR) en 1987, le nombre d’États disposant de technologies balistiques s’est régulièrement accru alors que le développement des missiles de croisière semble s’accélérer.1 Certes, le régime a contribué à conduire certains États à abandonner leurs programmes (Brésil, Argentine), permis d’exercer des contraintes réelles sur les exportations des États membres vers des proliférants, voire dans le cas de la Chine, fourni le cadre permettant d’influer sur leur politique d’exportation. Mais il a montré ses limites, dès lors qu’il était confronté à des phénomènes de prolifération impliquant, par exemple, la violation par des opérateurs privés des législations de contrôle, tel que cela a été le cas pour les transferts (supposés) de SS-N-6 du bureau d’étude russe Makeiev vers la Corée du Nord. Il montre également des faiblesses évidentes face à la prolifération d’États qui ne sont pas parties au régime, telle que poursuivie par la Chine. A cet égard, il apparaît désormais comme un instrument limité, insuffisant pour endiguer un phénomène massif de diffusion de technologies alors que les différentes initiatives prises pour tenter de le compléter se heurtent à l’opposition de la majorité des États où s’avèrent elles aussi trop restreintes.

 

Click here to download the report (FRS Website)

1 Selon  la  Missile  Defense  Agency,  « In  terms  of  quantities  alone,  there  were  about  4,700  ballistic  missiles outside  of  U.S.,  Russian,  and  Chinese  inventories  in  2003.  By  2008,  there  were  some  5 900 »,  Missile  Defense Agency, Fiscal Year (FY) 2010 Budget Estimates Overview, 09-MDA-4527, 27 avril 2009.

Research Papers

Harnessing Transparency Potential for Missile Non-Proliferation

Information is key for non-proliferation efforts. But the times when information was the exclusive purview of governments are over. Affordable, commercial and open-source monitoring capabilities empower states and societies alike, while challenging the ability of governments to preserve secrecy. Technological democratisation means that information is practically becoming a public good. And it allows for unprecedented transparency.

Read More »